Actualités


L’activation du développement vocationnel et personnel ou advp est une démarche d’orientation personnelle et professionnelle qui tire ses origines du Québec. A sa création, elle s’appuie sur trois bases théoriques : la définition des étapes par lesquelles un projet de vie et un projet professionnel se constituent, le modèle opératoire de l’intelligence et le modèle de relation d’accompagnement et d’aide personnel centré sur la personne.

Advp : méthode d’insertion et d’orientation

L’advp a été, depuis plus d’une dizaine d’années, largement diffusée en France et usitée auprès de publics diversifiés, que ce soit au niveaux de l’âge, du niveau d’études ou de la situation sociale. Après sa conception au Québec, l’advp est arrivée en France grâce aux liens entre l’Université Lyon II en France et l’Université Laval à Québec.

Advp : qu’est-ce que c’est ?

Concrètement, l’advp ou activation du développement vocationnel et personnel est une méthode d’orientation qui va permettre à une personne de développer ses capacités internes. L’advp part du principe que tout être humain est en mesure d’agir sur son devenir et dispose en lui toutes les ressources. Il s’agit d’une démarche éducative qui va mettre le sujet au centre de son développement, de son orientation et de son expérience. Dans cette approche, il sera proposé à la personne en question :

  • D’y trouver son sens
  • D’approfondir ses motivations personnelles
  • Et de manière plus fondamentale d’approfondir son intentionnalité. Autrement dit, de penser sa manière d’accueillir sa vie, de laisser apparaitre sa vie de l’intérieur, de préférence à répondre par des commandes extérieures.

Par la méthode advp, seule la personne concernée connait ce qu’elle peut faire, ce qu’elle sait faire. Mais le plus souvent, elle n’a pas les outils pour le faire. Ainsi, ce sera le rôle de celui ou celle qui accompagne la démarche, formé à la méthode.

Méthode advp : des exercices basés sur l’expérience

L’usage d’exercices basés sur l’expérience de la personne va permettre :

  • Une meilleure connaissance de son propre fonctionnement
  • Le développement de la confiance en soi
  • Et finalement le règlement des problèmes immédiats à des projets à plus ou moins long terme

Pour être réaliste et réalisable, ce projet devra :

  • Tenir compte de l’environnement socio-économique dans lequel on vit
  • Tenir compte des caractéristiques de la personne : ses valeurs, ses motivations, ses intérêts, son aptitude à suivre une formation, son niveau scolaire, ses talents (savoir-faire, qualités et autres), ses potentiels

Ainsi, il convient de préciser que la méthode advp est avant tout une approche de la relation d’accompagnement.

Il s’agit donc d’exercices basés sur l’expérience. Ces exercices sont imaginés par des professionnels de l’orientation. Ils les adaptent à chaque public (rapport à l’écrit, distance par rapport au monde du travail, situation, âge et autre) et au contexte de l’accompagnement : formation complète, atelier ponctuel, remobilisation collectif ou individuel, orientation à l’âge adulte ou encore orientation initiale.

Méthode advp : une démarche en 4 étapes

Comme le conçoit l’advp, le projet est constitué de 4 étapes chronologiques bien définies. Il s’agit de :

  • L’exploration : c’est la découverte de soi (préférences, traits de caractère, goûts et autres) et de son environnement (environnement professionnel, conditions de travail, métiers). Cette étape use de la pensée créatrice
  • La cristallisation : il s’agit de comprendre et d’ordonner les informations afin de se situer. Cette étape manie la pensée catégorielle
  • La spécification : elle vise la hiérarchisation des éventuelles solutions pour faire un choix. C’est une étape qui met en œuvre la pensée évaluative
  • La réalisation : c’est le temps de tout concrétiser et de mettre en place un plan d’action. Il s’agit de l’étape de la pensée implicative.

L’advp est une méthode à la fois performante et souple qui est utilisée en France auprès de publics variés, plus particulièrement les femmes en réinsertion suite à une longue interruption, les bénéficiaires du RMI, les jeunes en difficulté d’insertion et les chômeurs.

Read More

La Confédération des jeunes chercheurs (souvent abrégée CJC) est un organisme français à but non lucratif dont l’objectif est de représenter les Doctorants/Chercheurs en Début de Carrière et les Nouveaux Docteurs ès Sciences au niveau national et européen (pour ces derniers, voir Eurodoc).

Créé le 2 mars 1996, la cjc est le défenseur de toutes les questions liées à la recherche, à l’enseignement supérieur et à la formation doctorale. Les membres du CJC sont avant tout des associations locales françaises de jeunes chercheurs (actuellement environ 30 à 40 membres). Ils définissent les priorités de travail de la confédération et font avancer sa réflexion.

La cjc : qu’est-ce que c’est ?

La CJC a été créé en 1996 afin de réunir les associations françaises de doctorants et de chercheurs débutants. Il s’agit d’un réseau national de jeunes chercheurs d’un large éventail de domaines, qui échangent et diffusent des informations, des compétences et des expériences parmi un large public. Environ 40 associations locales, couvrant l’ensemble du pays et représentant toutes les disciplines, sont aujourd’hui membres de la Confédération.

Grâce à son travail continu et à la participation proactive de ses membres, la confédération des jeunes chercheurs est devenu un acteur incontournable et respecté dans le cadre national, offrant à tout partenaire potentiel le même travail scientifique et rigoureux d’expertise et de conseil, en gardant toujours à l’esprit ses principes fondamentaux : résoudre les problèmes à l’aide de solutions pragmatiques.

La confédération des jeunes chercheurs : les réalisations

La cjc a donc été reconnue par les institutions publiques comme un partenaire privilégié pour toutes les questions relatives au doctorat. Etant indépendante, fondamentalement interdisciplinaire, ne représentant ni syndicat, ni parti politique, ni intérêts privés, la CJC est aussi constamment contactée par de nombreux partenaires privés, les médias, les parties prenantes et les actionnaires du doctorat. Parmi ses nombreuses réalisations, la confédération des jeunes chercheurs :

  • A développé et promu l’idée d’un « contrat de doctorat », qui a été adopté au niveau national en 2009, afin d’établir des règles pour l’emploi doctoral,
  • A publié un rapport populaire montrant l’obsolescence en France des « chartes de thèse », et par la suite, leur totale inadéquation avec le Programme-cadre européen,
  • S’apprête à publier un guide exhaustif du doctorat à l’intention de tous les acteurs du domaine,
  • Est disposée à améliorer le débat sur les conditions de travail des chercheurs étrangers, en essayant de l’unifier avec son action continue sur les conditions de travail des chercheurs dans leur ensemble, sans distinction d’origine,
  • Est proactive dans la promotion de la formation doctorale comme une véritable réalisation de projet et une expérience professionnelle efficace,
  • Améliore par ses nombreuses actions, la visibilité des doctorats auprès des institutions privées et publiques et en menant des réflexions avec ces partenaires sur, par exemple, le développement de carrière,
  • Au Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche (CNESER).

En tant qu’un des membres fondateurs d’Eurodoc, la cjc est impliquée dans son travail continu de participation et d’encouragement aux débats sur la situation des jeunes chercheurs en Europe et dans le partage de ses expériences au niveau national avec ses partenaires réunis dans Eurodoc.

La cjc : à quoi sert-elle ?

La confédération des jeunes chercheurs a été mise en place dans le but d’essayer d’améliorer la situation du troisième cycle universitaire. Si, à l’époque, les problèmes de débouchés se voulaient être un élément motivant, d’autres sujets sont également abordés, plus particulièrement celui du statut du chercheur doctorant.

La cjc a surtout pour but de se positionner comme un outil de propositions pour la formation doctorale, l’enseignement supérieur et la recherche, mais également comme organe de représentation au niveau national.

Read More